L’économie de guerre au Libéria : analyse politique

by Philippa AtkinsonJune 1997

A la lumière des études entreprises récemment au Libéria et ailleurs sur le rôle que jouent les facteurs économiques dans le soutien et l’alimentation des conflits, il paraît de plus en plus important pour la communauté humanitaire d’essayer de comprendre la dynamique de l’économie politique de guerre. Au Libéria, la communauté des ONG a évalué et élaboré les politiques actuelles, et elle a étudié les solutions autres que la fourniture traditionnelle de secours. Pour élaborer ce genre de politique, il est crucial de tenir compte des implications de la manière dont les activités économiques illicites fournissent la motivation et les moyens permettant de poursuivre le conflit.

 

Cette étude tend à offrir une analyse des mécanismes de l’économie de guerre au Libéria, en examinant les liens existant entre les activités des factions et le processus politique au niveau gouvernemental, ainsi que les façons selon lesquelles les stratégies de survie au niveau microéconomique s’appuient sur l’économie illégale. Une analyse de ce type permet de mettre en lumière les diverses stratégies politiques susceptibles de limiter ou de contrer les effets de l’économie politique qui s’est développée. Ces stratégies risquent de remettre en question le rôle traditionnel des secours humanitaires, mais des solutions radicales sont nécessaires compte tenu de la nature de la crise prolongée au Libéria.

 

Cette étude comporte deux parties et une introduction faisant le point de la situation dans le pays. La première partie fait une analyse descriptive des rouages de l’économie de guerre, de ses effets et de ses implications. La seconde se concentre sur l’expérience des ONG au Libéria et sur les possibilités qu’elles ont de répondre aux réalités du conflit en utilisant la sensibilisation et d’autres politiques non traditionnelles. Parmi les recommandations pour une action supplémentaire, citons le besoin d’une étude plus détaillée sur des aspects particuliers de l’économie de guerre et la nécessité pour la communauté humanitaire de faire pression sur les bailleurs de fonds et autres acteurs afin qu’ils apprennent à mieux connaître les mécanismes de cette économie.

Share
FacebookTwitter