Effets des Sanctions Economiques sur la Santé et le Bien-être des Populations

by Richard GarfieldFebruary 2000

Dans ce dossier thématique, l’effet des embargos commerciaux sur la santé, les services de santé et la sécurité alimentaire est réexaminé d’après les données tirées des études de cas sur Cuba, Haïti et l’Iraq. Le point de vue avancé est que ces conséquences englobent bien davantage que les restrictions sur les médicaments disponibles. Les études de cas laissent également entendre que les mères et les enfants ne sont pas nécessairement les plus vulnérables et que l’analyse des changements de l’état de santé et des taux de mortalité des enfants âgés de moins de cinq ans révèle davantage que ceux des enfants âgés de moins d’un an. Dans le cas de Cuba et de l’Iraq, l’importance est aussi mise en relief de renforcer les systèmes de suivi dans le domaine de la santé et de réformer la politique sur la santé vers des mesures visant à maximiser l’utilisation du peu de ressources disponibles et encourager des mesures préventives. Les embargos commerciaux provoquent, toutefois, des chocs macroéconomiques et des bouleversements économiques et sociaux d’une ampleur telle que l’aide humanitaire ne peut les atténuer et que dans le bien-être des populations, leur état de santé n’est pas seule à être affectée.

 

De ce fait, trois critères doivent être respectés si l’on désire que les pressions et arguments humanitaires soient effectives : la fiabilité des données, l’intégrité de leur source et une lien crédible entre les phénomènes observés et le régime de sanctions appliqué. Dans le dernier chapitre de ce dossier, les méthodes actuelles d’évaluation de l’effet des sanctions sur la santé sont examinées de façon critique, en particulier à travers le cas de l’Iraq. L’étude menée identifie des points faibles persistants et propose des mesures qui permettront de faire de meilleures évaluations humanitaires.

 

Pour ce faire, il sera nécessaire :

1. de mieux évaluer les vulnérabilités, mais aussi les points forts existants ;

2. d’obtenir des indicateurs plus valides et des méthodes plus appropriées pour évaluer l’effet des sanctions sur les groupes vulnérables ;

3. de présenter des arguments plus convaincants qui montreront clairement comment les populations vulnérables ont été affectées et l’action à entreprendre afin de parvenir à de meilleurs résultats plutôt qu’à des dotations plus nombreuses (fondé sur les points 1 et 2).

Share
FacebookTwitter